Point à la Vigne - Le Blog

Lettre été 2021

L’hiver a été rude, le printemps sans pitié et l’été s’annonce brûlant !...

Dura lex, sed lex. La loi est dure mais c’est la loi. Et cette loi, c’est la loi implacable de la Nature. Celle qui se rappelle à nous, celle qui nous remet à notre place de poussières quand on a l’arrogance de se croire au dessus de tout et maître de tout.

Nous, paysans spécialistes de la vigne et du vin, sommes proches de ce principe fondamental qui chaque année remet tout à plat. Nos récoltes dépendent le la Nature et de ce qu’elle veut bien nous donner ou nous laisser. D’une année à l’autre les quantités récoltées varient facilement du simple au double. La fermentation aussi est un don de la Nature et non pas une invention car les ferments existaient bien avant les hommes ! Même l’élevage du vin est soumis à milles paramètres naturels d’un environnement microbien à l’équilibre délicat avec lequel nous sommes obligés de composer.

Ça oblige a une certaine humilité car rien n’est stable, rien n’est acquis... Tout est donné et parfois repris.

Heureusement nous avons été épargnés par l’épisode de gel qui a touché nos amis et collègues jusqu’à Argelès. Banyuls/Collioure est un terroir légèrement plus chaud en hiver et plus frais en été que la côte sableuse et la plaine du Roussillon plus au nord. Mais il s’en est fallu de peu, de petites traces dues au gel sont apparues un matin sur les parcelles les plus hautes. Sans conséquences pour notre récolte heureusement mais je pense à nos collègues qui ont perdu la totalité de leur récolte…

Les vignes ont déployé leur voilure de verdure, la floraison est vite passée et voilà déjà l’été qui s’annonce avec les premières journées à plus de 30°.

On a planté et greffé en début de printemps, Jean-Louis a tourné une vidéo sympa avec la mairie sur la technique du greffage sur pied que peu de vignerons pratiquent encore (lien ici). Ces jeunes plants n’ont pas de racines profondes pour aller chercher la fraîcheur et l’humidité, il nous faut donc les arroser sous peine de les voir mourir de soif. Tôt le matin, à la pointe du jour, on porte les cuves d’eau pour donner environ un litre d’eau à chaque plant tous les 10 jours en moyenne en fonction de la température et de l’humidité. On en profite pour arracher quelques herbes folles qui poussent à l’ombre des petits plants pour leur voler eau et nutriments. Si on rêvassait en laissant faire la nature: on ne récolterait rien !

On se console en se disant qu’avec ce temps chaud et sec les maladies du feuillage comme le mildiou et l’oïdium nous laissent tranquille et on prépare la saison touristique ar vous êtes nombreux à venir nous visiter. C’est un honneur pour nous et on s’applique à vous recevoir comme il se doit !

Mes neveux Pierre-Emmanuel et Sylvain (les fils de Jean-Louis) vont nous aider cet été à la boutique. Ils seront rejoints par mon fils Charles (16 ans cette année... déjà !) et on recrute un ou une vendeuse pour septembre car les enfants seront à l’école ou à la fac et nous dans la cave.

Pierre-Emmanuel est déjà à pied d’œuvre et on a finalisé ensemble le programme des concerts. Tous les vendredi soir à la boutique c’est apéro-concert avec de vrais artistes amateurs ou professionnels qu’on a sélectionnés pour la qualité et l’originalité de leur travail. On a hâte de vous retrouver lors de ces soirées !

Jean-Louis et moi faisons le tour du vignoble à pied régulièrement pour surveiller l’état sanitaire et spéculer sur la récolte. Partout on voit des traces de sangliers. Eux aussi préparent la saison, ils rêvent déjà des raisins qui vont les désaltérer bientôt!... Et moi je rêve de civets…

Il y a déjà quelques mois que j’écrivais la première chronique de la vie au Domaine. Le temps file, la nature n’est pas suspendue à nos petites vies et nos emplois du temps n’ont jamais désemplis. Heureusement, jusqu’à présent, la famille a été épargnée par le virus. Peut-être parce qu’on boit du Banyuls ?...

Je vous écrirais à l’automne pour vous parler des vendanges, de la grillade sur le feu de sarments et des salons peut-être… En attendant, profitez de l’été, des retrouvailles, des bains de mer, du temps passé avec les enfants, les amis, des caves fraîches et des soirées d’été… Soyons épicuriens, faisons le plein d’énergie dans cet interlude qui nous est offert.

La Nature nous impose sa loi mais impudique elle nous offre sa beauté à chaque instant. Passez un bel été où que vous soyez et venez nous voir si vous passez dans le coin ;-)

A bientôt.

Michel

PS. Le programme des animations et de la fête des vendanges seront à retrouver sur:

Facebook

Instagram

www.bertamaillol.com

Lettre Hiver 2021

Comme les jours de taille sont parfois longs même si les journées d'hivers sont courte!... La tramontane, un peu de pluie et même quelques flocons associés à des températures bien froides nous malmènent dans les vignes.

Heureusement, la nature nous offre un spectacle de tous les instants et à chaque heure son style: dans la journée, les couleurs vives, les ciels purs, les feuilles argentés qui font onduler les collines et le soir c'est l'embrasement du ciel, des roches et de la mer, notre côte Vermeille mérite alors bien son nom !

A la cave on n'est pas inactif non plus: des vins sont soutirés, d'autres mis en bouteilles... La température baisse lentement dans les chais. La fraîcheur a du bon pour le vin: il s'éclaircit mieux, se stabilise naturellement. La nature est bien faite.

A aucun instant, malgré les circonstances exceptionnelles de ces derniers mois, la vie de la cave ou les travaux des vignes ne se sont arrêtés! Car ici la nature donne le tempo et elle se moque bien de ce qui agite les hommes.

Au dehors il en va bien autrement et l'épreuve que nous traversons tous fait sentir ses effets sur notre petit domaine comme partout. La petite route qui passe par la cave et mène chez nos cousins de Catalogne sud en Espagne a été fermée au col de Banyuls et voilà bientôt un an que nous ne sommes pas allé à votre rencontre dans un salon de vin ou de terroir!

Heureusement rester à distance ne signifie pas être séparés et si nous ne pouvons plus venir, vous pouvez faire venir Banyuls à vous! Aussi, nous avons décidé de continuer à offrir les frais de transports jusqu'à la reprise des salons.

Sur nos pages Facebook et Instagram vous pouvez aussi nous suivre et nous faire connaître à vos amis !

La cuvée Arrels 2017 est épuisée, vive le millésime 2018! Enfin mis en bouteille et disponible dans notre boutique en ligne.

En attendant de vous retrouver, prenez soin de vous.

Bien amicalement.

Michel Berta-Maillol